Il y a quinze ou vingt ans, la presse philatélique incitait ses lecteurs à « Collectionner autrement ». A cette même époque, un lot - acquis dans une vente aux enchères - m’apporta une forte proportion de timbres du Mandchoukouo. Au vu des catalogues que j’avais entre les mains (Stanley-Gibbons, Yvert et Tellier), il me sembla aisé de réunir la totalité des émissions référencées, soit 159 timbres et de jouer, ce que l’on appelle vulgairement, les « boucheurs de cases ». Seulement je m'aperçu rapidement que ces 159 timbres ne représentaient qu’une infime partie de la philatélie du Mandchoukouo.

En 2003, dans le but de réaliser un catalogue spécialisé sur cet État éphémère, je commençais à réunir des pièces - courriers et autres documents - pour constituer une collection et illustrer, d’une part, l’histoire postale de cet État éphémère et d’autre part, compléter la grille tarifaire de mon catalogue. Ceci fut mis en oeuvre et progressivement des courriers furent acquis puis - à partir de 2008 - exposés en compétitions où, j’eus le plaisir de décrocher quelques médailles.

Fin 2013 dans la revue Timbres Magazine, un  débat fut mené sur la compétition : « doit-on ou ne doit-on pas exposer ? » telle était la question et, comme toujours, nombreuses furent les réponses avec les « pour » et les « contre ». Je crois que ce sont les différents avis publiés qui m’ont incité à créer ce site. Aller un peu plus loin en philatélie ! Laisser une trace infime qui, peut être, comme on me l’a dit, « n’intéressera que les spécialistes… » . Mais là, je n’en suis pas persuadé.

Dans les prochaines pages, je vous présenterai des courriers dits « compétitifs » et des courriers dits « philatéliques », mais qui ont tous voyagé, et qui, pour moi, font partie intégrante de l’histoire postale d’un pays.

Si cela s'avère utile, les courriers présentés seront commentés avec des données - philatéliques ou non - connues à la date de mise en ligne. N’étant pas anglophone, j’ai pensé à ceux qui ne sont pas francophones. Je me suis donc astreint à traduire – aussi bien que faire se peut – un certain nombre d’informations techniques.

Bien entendu, je n’ai pas la prétention de croire que les informations données sur ces courriers soient complètes, loin s’en faut. Car en histoire postale il y a toujours quelque chose à découvrir. Et c’est là tout l’intérêt !

Mais que l’internaute me pardonne et qu’il me fasse part de ses remarques et suggestions afin d’améliorer ce site par la publication ultérieure de rectificatifs. J’espère que vous prendrez beaucoup de plaisir et de joie à découvrir ce site et, pourquoi pas, à collectionner les timbres et les courriers du Mandchoukouo.


BONNE VISITE !